Peleyre, 627 route d'Aydie, 65700 St. Lanne

contact@peleyre.fr

Dorothy
ColèresS Planquées

ColèresS Planquées est l'anagramme de sclérose en plaques. Maladie du système nerveux central dont je suis atteinte, j'ai demandé à des femmes de mon entourage plus ou moins proche de bien vouloir, la manière d'auto portraits distancés, interpréter mes représentations personnelles de cette pathologie lourde ainsi que chacune de mes peurs liées à ses facteurs dégénérescents. Dite incurable,la sclérose en plaques touche plus de 300 000 personnes en Europe.

De son passage au théâtre en tant que comédienne, Dorothy Shoes (née en 1979, à Tours) a conservé un goût pour la mise en scène et un attrait pour la dramatisation des gestes et des expressions. Elle a quitté les planches pour investir l’espace public. Armée de son appareil photographique, elle réalise une série de portraits, ColèresS Planquées (2014). Il s’agit des portraits de trente-trois femmes, pris en extérieur. Les corps sont violentés, ils partent en fumée, se vident, se reversent, se tordent, s’animent de sensations désagréables (picotements, brûlures, fourmillements), ils se murent. Ils sont frappés par la douleur, leurs fonctions vitales sont empêchées, enraillées. L’artiste, atteinte de la sclérose en plaques, met en scène trente-trois interprétations de sa propre maladie. Elle opère ainsi à une série d’autoportraits distancés. Les modèles ne sont pas atteints de la maladie, leurs corps « sains » traduisent les douleurs de l’artiste. « Tu apprends à cohabiter avec toi qui luttes contre toi. Un jeu de cordes absurde dans lequel les énergies s’entretuent. » Elle poursuit ce travail de traduction et de déplacement avec une pièce sonore où les voix de personnes « saines » récitent les témoignages de personnes atteintes de la sclérose en plaques. Par le témoignage et les dispositifs de distanciation, l’artiste met en lumière une maladie qui touche aujourd’hui 80 000 personnes en France, une maladie quasi invisible qui handicape lourdement le quotidien de celles et ceux qui en souffrent. L’art est ainsi mis au service de la douleur, de l’invisibilité et de l’ignorance.

"
"

 

« Elle est courageuse »

 

« Elle est vraiment belle cette femme collée au mur »

 

« Plaques, c'est le mot adapté »

 

« Vous avez ce qu'on appelle une démarche ébrieuse »

 

«Je ne représente pas toutes les personnes »

Julie Crenn

Écoutez les émissions d'Un temps de Pauchon sur France Inter, dediées à l'expo de Dorothy-Shoes à la ICM, Paris.

"Tu es cette tenaille qui m'entaille.

Mon aspirateur géographique, d'espaces et de distances.

Maladie, tu réduits les dimensions, les annules, les tords, et les confonds."

Dorothy-Shoes