Mobirise

Les Laureats

La Faim Est Proche

« La Faim Est Proche » est une parenthèse gourmande. C’est le monde fictif où Hannah-Belle, jeune cuisinière du « Manoir aux bois dorés », confectionne avec passion, seule dans sa cuisine, de savoureux petits plats pour le jeune couple qu’elle sert.

Cet univers, imaginé de toute pièce, n’est autre qu’un prétexte pour raconter des moments de vie autour de la gastronomie et contextualiser les recettes de cuisine que je crée ou réinvente. Et c’est principalement au moyen de la photographie que tout ceci prend vie. A travers ce vaste projet photographique alliant à la fois natures mortes et scènes de genre, et dont sont extraites les 15 images que je propose ici, mes intentions sont variées. J’aspire d’abord à revisiter le style de la nature morte et la technique du clair-obscur des peintures anciennes au moyen de la photographie numérique.

Ensuite, je souhaite plonger le spectateur dans une ambiance ancienne, emprunte de mélancolie mais où le bon vivre s’invite en cuisine.

De plus, mettre en lumière une cuisine authentique, le fait maison et la diversité des produits frais et de saison en les plaçant au coeur d’un projet artistique me tient particulièrement à coeur. Enfin, grâce à cette série, j’espère mettre en appétit les visiteurs et les reconnecter à des souvenirs gourmands, d’enfance et de saisons passées afin de faire émerger en eux des sentiments de joie et de douceur. Dès lors, la cuisine, ainsi mise en lumière, se raconte en image et se déguste avec les yeux.

http://melancholya.com

Magma

Je suis en perpétuelle agitation, coincée dans un entre-deux. Je veux poursuivre mon chemin mais n’arrive pas complètement à passer outre ce bégaiement. Cette différence je la vis parfois comme une plaie, parfois comme un cadeau. Si grâce à elle, j’ai pu acquérir une forme de résilience et qu’elle a fait naître en moi une force insoupçonnée, à cause d’elle, j’ai dû me bâtir une carapace. Carapace qui ne cesse de se renforcer au fur et à mesure des années et devient lourde à porter seule. C’est pour cela que je photographie, que j’utilise cet art qu’André Breton qualifiait « d’explosante fixe ». Elle me permet de me décharger du poids des mots sur ma langue et fait émerger des sentiments que je serais incapable d’exprimer à travers un simple discours. Je me retrouve ainsi partagée entre l’envie d’en découdre et le besoin de m’accepter complètement. Mais cette acceptation n’est jamais figée dans le temps : elle m’agite et constitue mon magma.

www.maevabenaiche.com

Coup de cœur

Cette photo de Pierre Portolano (75), est le coup de cœur de notre jury. 
Il gagne un tirage laminé et de bons d'achat d'un valeur de 125 €.

Le  jury a accordé 3 mentions ...

Emma Prim (75)

Pour ne pas s'oublier sans rien dire

Revenir a l’essence même de la photographie.
Au temps et à la patience, au hasard et aux défauts propres a  la photographie.
Toute mes photographies sont réalisées au sténopé. Mes images évoquent des sujets intimes. Elles racontent la sensation charnelle d'abandon, de manque, de désir, d'abattement, de doute, d'un besoin de consolation, d'amour, de contact physique.
www.emmalouiseprin.com

Jean-François Gely (05)

Rallumons les étoiles

Situé au coeur des Hautes-Alpes, le ciel nocturne du PNR du Queyras est classé parmi le meilleur de France pour la pratique de l'astronomie. Cette série est dédiée au témoignage et à la sensibilisation auprès du grand public de cette qualité de ciel extraordinaire. En effet, avec les conséquences liées à la pollution lumineuse, "Rallumons les étoiles" permet de lever les yeux vers le ciel étoilé.
www.jeffgraphy.com




Martin Bertrand (22)

Pratab Nagar, village bangladais en cours d’engloutissement par l’océan

Ce projet vise à documenter l'état du dérèglement climatique dans le pays et des migrations climatiques qu'il engendre. Pour cela, nous sommes allé dans le sud du Bangladesh au village de Pratab Nagar durement affecté (pour ne pas dire dévasté) par le dérèglement climatique, notamment la montée des eaux, l’érosion des et la salinisation.
http://martinbertrand.fr

... et un mention spéciale pour Romain Talandier (17)

Mobirise

Les oiseaux de mon jardin et des champs marécageux derrière chez moi

Bonjour, j'ai 10 ans et j'habite en Charente-Maritime et je m'intéresse aux oiseaux depuis le confinement. J'ai demandé un appareil photo à Noël. J'ai commencé à photographier les oiseaux de mon jardin : le rouge-gorge est sur son territoire, il n'est pas peureux et ma maman le trouve très beau. Du coup je le prend beaucoup en photo. Il tolère la présence du merle, de la mésange et de quelques moineaux. Les pies, elles, restent à distance. J'aime bien prendre aussi les oiseaux à contre-jour.

Le jury

Mobirise

Florence At

Photojournaliste, formatrice et auteur de nombreux livres techniques.
Elle a reçu le Prix Canon Europe en 2018 et son travail a fait l’objet de nombreuses expositions.

Mobirise

Dominique Roux

Directeur du centre de documentation photographique de la galerie du Château d’eau à Toulouse de 1982-2018. Aujourd’hui professeur de l’Histoire de la photographie et la sémiologie de l’image à l’ETPA et à l’ESMA.

Mobirise

Myriam Rivals

Présidente de la région UR09 (Midi-Pyrénées) de la Fédération Photographique de France depuis 2016, et actuellement vice-présidente de la Fédération avec responsabilité pour les unions régionales.


 C’est avec un très grand plaisir que j’ai accepté de participer à ce jugement. Une tache pas si facile car la qualité était au rendez-vous. Je félicite tous les jeunes talents pour leur créativité, leur engament. L’expression au travers d’un travail photographique n’est pas toujours facile. Vous avez réussi à nous émouvoir, nous interpeller, Bravo. 

Myriam Rivals, vice-présidente, Fédération photographique de France

Les partenaires du concours

Built with Mobirise ‌

Website Maker